équipages dans la tourmente

 





Les Bloch 200 de la 31e escadre participent ce jour aux grandes manœuvres de l’Ouest.


L’un d’entre eux, le n° 61, victime d’une panne moteur, se pose aussitôt en catastrophe près de Carrouges (Orne), dans un pré entre des arbres.


Si l’avion sera détruit par le feu, l’équipage :


- Cne André Comte, commandant d’avion, 1er pilote

- Sgt Bonnardon, 2e pilote

- S/Lt André Saint-Upéry, observateur

- S/C André Perrigouard, mitrailleur


s’en sortira indemne, et avec les félicitations du Ministre de l’Air, Pierre Cot qui assiste aux manœuvres (lettre  n° 7245/P/M/I du 16 novembre 1937) :


« pour le sang-froid et la discipline de bord, dont il a fait preuve :

  1. -au moment de la panne de l’avion, en prenant avec calme toutes dispositions pour l’évacuer, aussitôt qu’il aurait touché le sol.

  2. -au cours de cette évacuation, qui a pu ainsi s’effectuer méthodiquement dans des conditions assez rapides pour que l’équipage ait quitté l’appareil avant l’envahissement du fuselage par les flammes


André Perrigouard, en mitrailleur consciencieux, n’évacuera l’épave qu’avec sa mitrailleuse, mais sans son parachute, faute de temps. Il cumule ainsi 2 atterrissages forcés en moins d’un mois...



L’épave en flammes du Bloch 200 n° 61 de la 1re escadrille du I/31

16 septembre 1937 - Manœuvres de l’Ouest

S/C André Perrigouard

S/Lt André Saint-Upéry