équipages dans la tourmente

 

“Tels les emblèmes parlants aux écus des chevaliers, les insignes rutilent aux flancs des fuselages. D'or, d'argent, d'azur, de gueules, de sinople ou de sable, toute une héraldique ingénue est née de l'Aviation héroïque et fantasque - creuset miraculeux où se fondent la ténacité du Fantassin, la hardiesse du Cavalier, la fermeté de l'Artilleur. Une chevalerie nouvelle se lève, résurrection juvénile et ardente des fantômes corsetés de fer gisant au tréfonds de l'Histoire, refuge ultime de l'Humain dans un monde qui va se déshumanisant, refus allégorique du grégaire anonyme et du nivellement universel. En ce petit monde fraternel qu'est une escadrille, nous nous trouvons tous ensemble sans être pareils, comme autrefois les comtes, les barons et les ducs sous la bannière tutélaire du Souverain. Nos insignes sont nos gonfalons, rassemblés sous la même cocarde...
Louée soit la Providence qui a marqué nos vingt ans de ce miracle-là !...”

Marcel JEANJEAN
in  "Sous les Cocardes"  (1964)

“Simples parures d'uniformes ou motifs décoratifs de fuselages suscitant la curiosité, marqués d'humour ou de poésie, les insignes d'escadrille ou de groupe sont bien autre chose. [...] ces emblèmes symbolisent les liens spirituels et moraux qui nouent les équipages et le personnel de l'unité.
Comment le pilote ou l'équipage [...] pourrait-il [...] accepter l'éventualité d'un combat inégal, désespéré et sans témoin, sans le soutien de ce faisceau de liens que concrétise l'insigne, de cette solidarité et de cet esprit de corps qui fondent les participants dans une même communauté de pensées, d'efforts, de souffrances et de sacrifices, ce besoin impérieux de ne pas démériter aux yeux des siens et de ne pas les faire rougir ?”
Henri ALIAS
in  "Escadrilles - Reconnaissance"  (circa 1950)

Les insignes, 
blasons modernes des chevaliers ailés...
_____
31e Escadre de Bombardement