équipages dans la tourmente

 




Le 8 septembre 1937, après réparation du moteur en cause, le Bloch 200 n°121 sera ramené en vol à Tours par le Lt Hirsch et le S/C Pégon, après une escale probablement technique à Bordeaux.


Les Lt Hirsch et S/C Pégon recevront les félicitations suivantes du Lieutenant-Colonel Péquin :

7h30, 16 Bloch 200 de la 31e escadre sous les ordres du Lieutenant-Colonel Péquin décollent et survolent en formation par escadrilles la ville de Tours, cap au Sud. Leur destination : Lézignan-Corbières. L’aérodrome de cette ville, utilisé pour la première fois par l’armée de l’air,  servira à la 31e escadre de base opérationnelle pendant les grandes manœuvres aériennes du Sud-Est, entre Saint-Etienne et Montpellier.

S’agissant de manœuvres en vraie grandeur toute l’escadre y participe, l’échelon roulant est déjà parti depuis quelques jours par route et voie ferrée, et les avions sont chargés de tout le matériel de rechange possible.


L’un des Bloch 200, celui du chef de la première escadrille, le n°121, ne parviendra toutefois jamais à destination. Victime de la défaillance de l’un de ses fragiles moteurs il sera contraint, après 1h45 de vol, à l’atterrissage en campagne au Sud-Ouest de Périgueux, à Saint Léon sur l’Isle.


Dans un champ en cours de moisson, et en évitant les cultivateurs, l’avion sera posé sans dommage grâce au talent du pilote et l’équipage :


- Lt Robert Hirsch, commandant d’avion,

- S/C Roger Pégon, pilote,

- Sgt Robert Farrugia,

- S/C André Perrigouard, mitrailleur,


s’en sortira indemne.



18 août 1937 - Manœuvres du Sud-Est

Lt Robert Hirsch

Sgt Robert Farrugia

S/C André Perrigouard

S/C Roger Pégon

L’équipage du Bloch 200 n° 121

Photo Pégon